Interview : Jardins secs et minéraux


L’heure des jardins secs et minéraux

Mathieu Joulia, référent pour les plantes et leur périphérie, donne un éclairage utile sur les jardins « secs » et minéraux.

 

La tendance est aux jardins « secs », réclamant peu d’entretien en taille et en arrosage. Sont-ils difficiles à installer ?

Mathieu Joulia: « Il y a certaines précautions simples: il faut choisir des graminées qui s’implantent dans tous styles de massifs, par exemple la gamme des carex, des fétuques, des stipas. Puis concevoir une composition avec une structure verticale à la place d’une plante, des graviers, des piquets d’ardoise, un arbre d’ornement peu exigeant en eau, comme le palmier ou l’olivier. La ville d’Albi a d’ailleurs donné de beaux exemples de jardins secs avec des euphorbes, quelques minéraux et des graminées. Les particuliers ont suivi la tendance. »

Et si le client est indécis sur la disposition des éléments ?

Mathieu Joulia: « Dans ce cas, nous lui demandons de nous apporter quelques photos du cadre et des mesures du jardin, et nous le conseillons. On peut introduirere de la couleur et du contraste avec des espèces très coriaces, comme la sauge, la gaura, l’agapanthe. Elles se marient aussi bien avec un style champêtre qu’avec un jardin sec et un exotisme méditerranéen. Nous avons aussi des palmiers très résistants au gel, comme le butira et le brahea. »

Et pour un jardin minéral, quelles sont les précautions à prendre ?

Mathieu Joulia: « Il faut choisir un bon géotextile sous le gravier, l’herbe ne repoussera pas. Puis un ensemble minéral où l’on peut assortir des ardoises, des pouzzolanes, des granits de couleurs – blanc, ivoire, jaune – des galets divers et quelques monolithes verticaux qui remplacent les plantes. Le résultat est magnifique, sans contrainte d’entretien ni désherbage. »